Fissures (Alma et Nuits inachevées)

D’après Alma de Hala Moughanie et Nuits Inachevées Aristide Tarnagda
Mise en scène Mawusi Agbedjidji
Avec David Minor Ilunga, Eustache Kamouna, Lymia Vitte*, Lady Apoc, Assimadi Koffi et 1 musicien en cours de distribution

*Actrice sortie de l’ESAD (promotion 2017)

Projet bénéficiant du Fonds d’Insertion pour Jeunes Comédiens de l’ESAD – PSPBB.

Le projet

Au rythme du croissant besoin de possession, chaque espace, chaque morceau de terre devient une proie sur laquelle l’homme vient s’agripper. La réussite sociale dans de nombreuses sociétés s’illustre par le fait d’avoir des terres, des terrains. Les multinationales possèdent des terres immenses dans bien des pays à travers le monde, qu’elles s’approprient ou délaissent à des vitesses vertigineuses. La terre se partage, s’arrache, se troque, transite de possesseur en possesseur. Mais ce ne sont pas simplement des terres qui se fragmentent ; les puissants de ce monde se déchirent des morceaux de cultures, de mémoires et d’histoires qui s’effritent de jour en jour. Des vies s’envolent.

Invité en octobre 2017 au festival L’univers des mots à Conakry, Mawusi Agbedjidji découvre les bribes d’Alma, d’Hala Moughanie et des Nuits inachevées d’Aristide Tarnagda. Ces deux textes, alors en construction, ont fait l’objet d’une maquette de trente minutes créée à Conakry.

Dans Alma, un étranger arrive sur la place du village pour acheter une parcelle. Alma se dresse contre la spoliation de ce qu’elle déclare lui appartenir et contre la logique de la modernité technique que propose d’importer l’étranger.

C’est aussi une parcelle qu’un homme se voit sommer de vendre au petit frère du président dans Les Nuitinachevées. Le terrain est destiné à une société étrangère. Mais cette parcelle n’est pas qu’une parcelle, c’est aussi et surtout une histoire de nuit inachevée.

Ces deux textes abordent la question de l’appropriation des terres : celles qui sont déchirées et détruites. Celles que l’on quitte aussi, celles dans lesquelles on a cherché à s’enraciner, celles qu’on amène avec nous pour se replanter un peu plus loin. Les textes entrent en résonance. Les mettre en scène ensemble et croiser ces styles, ces langages, ses poétiques apparaît comme une évidence. Naît alors un seul texte : Fissures. Il porte deux paroles qui se provoquent, s’affrontent et chacune avec sa partition, fabriquent une nouvelle musique en se rencontrant.

Représentations dans le cadre du festival des Francophonies du Limousin :

Jeudi 27/09 à 18h
Vendredi 28/09 à 19h

 


Scénographie et création costumes Zouzou Leyens et Marion Galisson
Collaboration artistique :
Ange Blédja
Direction technique
Sitou Ayi Stan
Création lumière
Thybault Germain Seyt

Production La Fabrik, Compagnie Soliloques, TransatlantiK
Co-production Festival des Francophonies en Limousin, Institut Français du Togo
Avec l’appui de la Commission Internationale du Théâtre francophone
le soutien de Théâtre Ouvert (Paris), Fonds d’aide à l’insertion professionnelle de l’Ecole Supérieure d’Art Dramatique de Paris (ESAD), l’Institut Français de Paris.

Accueil en partenariat avec les Centres culturels municipaux de Limoges